Restons mobilisés (interview)

Une interview de Djamel Bénomar, responsable des prélèvements à l’Établissement Français du Sang (EFS) d’Île-de-France

parue dans 20 minutes du lundi 30 novembre 2015

Les gens m’ont scotché !

En vingt-huit ans de carrière, Djamel Benomar n’avait «jamais vu ça». Responsable des prélèvements en Ile-de-France pour l’Etablissement français du sang (EFS), ce médecin a accepté de se confier sur la mobilisation des donneurs, deux semaines après les attentats. Interview.

Pouvez-vous décrire l’ampleur de la mobilisation des donneurs?
Les gens m’ont scotché! La semaine après les attentats, les dons du sang ont progressé de 280% en Ile-de-France par rapport à 2014. Sachant que nous avons en plus annulé les collectes prévues le dimanche 15 novembre pour des raisons de sécurité.

Qu’est-ce que cela vous inspire?
Le plus grand respect. Je n’avais jamais vu ça. Les gens se sont mobilisés alors même que les autorités leur déconseillaient de sortir de chez eux !

Avez-vous pu gérer cet afflux de donneurs ?
Oui, parce que si les donneurs se sont mobilisés, les collaborateurs de l’Etablissement français du sang en ont fait autant. Certains sont revenus de congés. Des médecins et des infirmiers nous ont aussi proposé leur aide.

Vous avez incité certains donneurs à reporter leurs dons pour éviter l’engorgement. Allez-vous les recontacter?
Bien sûr. Nous avons distribué des tickets de «promesses de dons» pour profiter dans le temps de cette mobilisation. Nous allons commencer à rappeler les gens à partir du 14décembre. Les dernières semaines de décembre sont souvent les plus compliquées pour nous.